Le diabète – Application du protocole de corrections

ParJean-Paul Fyl | | 0 Commentaires | Diabète, Santé


diabete - protocole de corrections-titre

Un protocole de corrections détermine le nombre d’unités d’insuline à prendre en fonction de sa glycémie. Ce protocole de corrections contient une plage cible. Celle-ci indique le taux de sucre minimal et maximal à avoirt dans l’idéal. Ces taux sont à respecter le plus longtemps souvent possible.

De nombreux facteurs influent sur la glycémie. L’alimentation avec l’absorption de glucides est la plus importante. Ce facteur se maîtrise par le calcul enticipé du nombre de glucides. D’autres facteurs tels que la maladie (apparition de fièvre), le stress… augmentent le taux de sucre tandis qu’une grande activité physique fait baisser la glycémie.

Le protocole de correction – Sa définition

Le protocole de corrections est propre à chaque patient diabétique. Seuls, une équipe médicale ou votre diabétologue définissent ceprotocole. Il contient les valeurs minimales et maximales jugées bonnes pour l’équilibre de son diabète appelé plage cible. Ce protocole est modifiable. Les valeurs de la plage cible et des paliers varient. Une infection, un changement d’alimentation et d’autres facteurs peuvent en être la cause.

Ce protocole contient une plage cible ne nécessitant aucune correction une fois la glycémie connue. Le calcul à faire reste le calcul des glucides à assimiler au cours du repas. Quand la glycémie est bonne, le calcul par avance l’indice glucidique ou plus communément appelé les sucres qui seront assimilés au cours du repas. Un ratio est appliqué propre à chaque repas : petit-déjeuner, déjeuner et dîner. La valeur du ratio est définie par l’équipe de diabétologie comme la plage cible. La multiplication du total des glucides par le ratio indique le nombre d’unités d’insuline nécessaire.

Ce protocole contient les valeurs propres aux différents paliers tenant compte de la glycémie. À chaque palier s’associe un nombre d’unités à ajouter ou à soustraire.

Trois valeurs définissent la mise en application du protocole de corrections. La première valeur, est la glycémie définie par le lecteur glycémique. L’indice glucidique ou les sucres est la seconde valeur à définir par le calcul de tous les glucides à consommer au cours du repas. La dernière valeur est le ratio appliqué à la valeur précédente. Le type de repas (petit-déjeuner, déjeuner, dîner) modifie la valeur du ratio.

Le protocole de corrections – Exemples

Avant d’essayer les exemples suivants, des données sont indispensables à connaître avant de les utiliser. Il s’agit de la glycémie, du type de repas, le total des glucides en grammes, le ratio et si l’opération se déroule avant ou après le repas. Les doses de correction post-repas ne prennent en compte. que les unités hors place cible.

Exemple de protocole de corrections

protocole de correction 1

Un exemple d’application du protocole de corrections

La glycémie est de 2,11 g/l ; il est midi et le ratio est de 1.20 ; l’indice glucidique du repas est de 80 grammes. Avant de consulter le protocole, l’opération déterminant le nombre d’unité doit être réalisée : 80 (g) x 1.20 / 10 = 9.60 à arrondir : le total est égal à 10 unités.

L’application du protocole consiste à ajouter au nombre d’unités définies, la valeur indiquée dans la plage où se situe le taux de glycémie, ici entre 2,11 et 2,40, ce qui ajoute 4 unités. Le bolus donne l’opération suivante. 10 U + 4 U = 14 U.

Un autre exemple d’application

La glycémie est la même : 2.11. le ratio du soir est de 0,90 . Le total des glucides est de 80 g. La première opération, 80 x 0,90/10 = 7,2 arrondi à 7 Unités.

L’application du protocole de corrections est : + 2 unités donnant un bolus de 9 unités à s’innoculer avant de manger.

Le protocole de corrections et sa conclusion

Trois grandes étapes sont à retenir. Calculer le nombre d’unités par rapport aux sucres du repas est la première. L’application d’un ratio propre au type de repas définit la seconde étape. La dernière étape consiste à ajouter ou retirer un nombre d’unités. Cette dernière valeur se trouve dans les différents paliers indiquée dans le protocole.

Bien entendu, il faut différencier le bolus pris avant le repas de celui qui corrige uniquement et innoculer dans les deux heures trente à trois heures après l’injection d’avant repas. Les valeurs prises en compte se situent en dehors de la plage cible.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0